Deux ans de COVID-19 : Un nouveau regard sur l'avenir

La COVID-19 nous a beaucoup appris au cours des deux dernières années. L'un des principaux enseignements tirés de la pandémie est l'importance de la collaboration. Au début de la pandémie, nous avons vu des entreprises constituer des équipes de gestion de crise réunissant des compétences différentes pour agir rapidement et efficacement contre une menace dont nous ne savions pas grand-chose à l'époque.

 

Bien que de nombreuses inconnues demeurent, nous avons appris à mieux travailler ensemble. Il en va de même au niveau mondial, où nous avons vu des pays partager des informations sur le nombre de cas, les taux d'hospitalisation et les tendances générales de la maladie. Cela nous a finalement aidés à mieux comprendre ce nouveau virus qui était apparu. Deux ans plus tard, le partage de l'information est devenu un élément essentiel pour atténuer l'impact des variants émergents. En partageant rapidement les informations sur les nouveaux variants, nous pouvons agir rapidement de manière beaucoup plus efficace.

 

Photo du Dr Rodrigo Fernandez, Directeur médical, dans les bureau d'International SOS

Toutefois, le partage de l'information ne va pas sans difficultés. Par nature, lorsqu'un phénomène inconnu se présente, notre empressement à vouloir le comprendre rapidement et à donner un sens à tout cela nous pousse à absorber autant d'informations que possible ; une technique naturelle de résolution des problèmes héritée de nos ancêtres. Dans le monde d'aujourd'hui, cependant, nous sommes confrontés non seulement à une quantité énorme d'informations, mais aussi à un grand nombre de plateformes pour y accéder. Cela a obligé la communauté médicale et scientifique à améliorer la façon dont elle traite l'information et à affiner sa méthode de diffusion auprès du grand public.

 

Dans le passé, certains employeurs ont considéré que les conseils de santé publique locaux étaient les conseils de facto, mais en 2022 et au-delà, une approche plus adaptée et plus cohérente sera nécessaire.

 

Comment renforcer la confiance dans l'exactitude et l'adéquation des recommandations médicales ?

Voici ce que nous recommandons :

  • Remettez en question les données et toutes les hypothèses qui les sous-tendent.
  • Recoupez plusieurs bonnes pratiques afin de définir la meilleure approche pour le plus grand nombre d'organisations, par exemple en matière de recherche de contacts et de tests.
  • Définissez des standards de santé minimum globaux et des programmes de santé
  • Adaptez ces conseils à votre organisation en fonction de ses besoins spécifiques et des exigences nationales ou régionales.

 

La COVID-19 a créé beaucoup plus de "zones grises" - ce que nous savons et faisons aujourd'hui peut changer demain, sur la base des orientations ratifiées : la capacité et la volonté d'une organisation à être agile contribueront à renforcer sa résilience.

 

Chez International SOS, par exemple, nous avons créé de nouvelles équipes de gestion de l’ information pour pouvoir suivre les milliers d'articles médicaux qui paraissent chaque semaine sur la COVID-19. Nous les analysons pour aider les chefs d'entreprise à prendre des décisions cruciales pour la sécurité de leurs salariés. Mais le travail ne s'arrête pas là.

Comme nous opérons à l’international, nous avons dû aller plus loin et diffuser des messages clés de manière cohérente, claire et adaptée aux différentes langues et cultures locales.

 

 

Comment envisager l'avenir ?

La plupart des experts s'accordent à dire que nous finirons par passer d'un scénario pandémique, où le virus continue d'être présent dans la majeure partie du monde, à un scénario endémique, où des zones de pays et de régions continueront de lutter contre la COVID-19 pendant une période plus longue. Bien que le virus puisse continuer à circuler pendant des années, les dommages et les perturbations qu'il cause aux individus, aux systèmes de soins de santé et aux économies s'amélioreront.Comme de plus en plus de personnes se font vacciner, la probabilité d'apparition de nouveaux variants continuera à diminuer. Nous espérons que la gravité de la maladie  diminuera également au fur et à mesure de l'apparition de nouveaux variants, comme ce fut le cas pour le virus H1N1 il y a quelques années. En outre, les traitements continueront de s'améliorer. Tout récemment, de nouveaux traitements par voie orale ont été approuvés aux États-Unis et au Royaume-Uni pour les patients ayant contracté le COVID-19 et présentant un risque élevé de développer des formes graves de la maladie. Ce n'est probablement que le début d'un arsenal qui s'améliore et que les cliniciens auront à leur disposition dans un avenir proche.

Lorsque nous nous y attendons le moins, la vie nous lance un défi pour tester notre courage et notre volonté de changement. Tirons parti des deux ans qui viennent de s'écouler pour améliorer ce qui ne fonctionnait pas, pour appliquer davantage ce qui était efficace et pour maintenir notre capacité à nous adapter rapidement au prochain défi.